La vie que j’ai choisi

Une fille qui nous inspire…

Photo: David Hewitson
Photo: Veronique Bailly

Départ : Paris, France 28.01.2009

Arrivée : Bali, Indonésie 03.01.2012

Durée du voyage : 3 ans

Le temps élastique balinais : 4 ans de 2012 à 2016

Regrets : aucun

QUI

Stephanie H, une jeune gipsy salée de 43 ans, surfeuse et accroc aux vagues, à l’âme voyageuse, qui passe son temps à explorer tout en réalisant que la vie pieds nus est un luxe nouveau… sous les palmiers.

Comment tout à commencé….

I shall be gone and live or stay and dieW. Shakespeare

Née et élevée en Bretagne, France, 100% “pur beurre salé”, j’ai grandi dans un environnement sportif pratiquant la natation syncronisée en compétition et, plus tard, courant des semi-marathons en Europe. J’ai travaillé en tant que directeur des ventes publicitaires pour l’International Herald Tribune et en tant qu’avocat d’entreprise à Amsterdam et Paris. 10 ans, 3 promotions, d’innombrables heures au travail et un burnt out plus tard …. J’étais enlisée dans un environnement d’entreprise effrénée et prête à quitter ma zone de confort pour avancer vers l’inconnu et vivre l’aventure de toute une vie.

“Fear of the unknown is the greatest fear of all. It is not an adventure until something goes wrong.” Yvon Chouinard.

Ce ne fut pas facile de partir. Coincée dans une impasse, je ressentais constamment la pression de la société, de mon patron, de mon père, sans parler de mes propres peurs et démons. Pourquoi me sentais-je si mal au fond de moi ? C’était vraiment le moment de faire un break …“Tout ce qu’il faut c’est fuir la maison”, dit une expression anglophone.

Les gens projettent leur propre insécurité, me demandant ce qu’il en est de mon salaire, ma carrière, de ma retraite… Quoi la sécurité ?  Au fond de moi je ne pouvais pas m’empêcher de penser : quelle sécurité ? La sécurité d’être enfermée dans le même bureau avec mes collègues les 30 prochaines années de ma vie ?  Non merci, je passe…. Parce que la question n’est pas comment vous avez été éduqué, mais comment vous allez voyager et qu’est-ce que vous prenez comme bagage ?

L’expédition

J’ai rejoins un bateau sur lequel je travaillais en tant que membre d’équipage. Le bateau naviguait en ThaiIande pour une aventure de toute une vie, et voyageait autour du monde pendant deux ans voguant du nord au sud du Pacific. Dans le pacifique et le sud est de l’Asie j’ai aussi acquis de l’expérience professionelle en travaillant dans divers hotels de luxe et c’est à ce moment-là que l’avocat est devenue une sirène globe trotteuse qui se révélait dans une nouvelle vie dont les fondements étaient l’hospitalité et son management, la santé holistique, le bien-être, le yoga et le surf.

Pourquoi l’île des Dieux ?

J’ai atterri à Bali un peu comme une « réfugiée de l’entreprise », fuyant une vie en laquelle je ne croyais plus. J’avais mal et je criais à l’intérieur. J’avais besoin de me retrouver et de me comprendre et de composer avec une profonde solitude qui m’a fait me sentir séparée de tout le monde et de toute chose, pour combler le fossé entre l’apparence des choses et comment on les ressent, et éviter le grand vide. Nous sommes tous des enfant de l’Univers cherchant les réponses sur l’île des Dieux. Bali est une petite île Hindouiste, aux carrefour du monde, l’Est y rencontre l’Ouest et elle attire les rêves d’artistes talentueux et l’idéalisme des moutons noirs de l’Ouest.

Le surf

“I must be a mermaid, I have no fear of depths and a great fear of shallow living”. Anais Nin.

Le surf est la première chose auquel je pense quand je me réveille à Bali. 5 minutes de trajet cahotique en scooter et je suis à la plage. Cette vague mouvante dans l’océan est ce pourquoi je vis, à l’intérieur d’elle est ma maison. Cette vague est la perfection de ma vie et répare mon coeur.

Portugal, Algarve de l’ouest.

Je vis maintenant au Portugal, en Algarve de l’ouest, la « petite Californie de l’Europe ». C’est pour moi un autre paradis, En Europe…