Kathryn Hughes, le longboard à l’australienne

Texte et photographies d’Andrew Carruthers

Elégante et gracieuse, un drop knee turn de folie et un style d’enfer. Voici quelques-uns des qualificatifs souvent accolés au nom de Kathryn Hughes. 

Grande, mince, la mine bronzée, une lueur brillante dans les yeux, Kathryn est une incroyable surfeuse et une figure montante de la compétition. Elle est actuellement 1ere longboardeuse au classement du WSL Australiasia Tour et 13eme mondiale. Un effort remarquable pour une première tentative en compétition de niveau mondial (2017) (compétitions à PNG et Taiwan).

Kathryn vit sur la Sunshine Coast, dans le Queensland, en Australie, entourée de plages immaculées et de vagues parfaites pour le longboard. La fameuse plage de Noosa se trouvent au nord, et celle de Caloundra à l’extrémité Sud, et entre les deux il y a une multitudes de superbes spots. Il n’est pas étonnant qu’un certain nombre de surfers appellent la Sunshine Coast, “the house”. C’est dans ce lieu magique qu’a grandi Kathryn et dans cet océan qu’elle a suivi les traces de son père. A l’âge de 8 ans environ elle s’est lancée sur une planche de surf avant d’opter deux ans plus tard pour un longboard de 9 pieds. “J’aimais la sensation et la fluidité de ces planches plus longues”. “Quand j’ai commencé, je demandais toujours à mon père si je pouvais avoir des planches plus longues”.

Comme Mark, le père de Kathryn, était membre du club local Caloundra Longboard, elle a grandi au milieu des compétitions . «J’avais une bonne douzaine d’oncles à la plage. » On passait nos journées à surfer, à naviguer en bateau, puis, par la suite, à participer aux événements du surf club local. Ces clubs locaux ont été des rampes de lancement pour de nombreux champions au fil des ans. “J’ai surfé quotidiennement avec mon père jusqu’au jour où j’ai quitté la maison quand j’avais 20 ans et des poussières”…

Ses performances sont d’autant plus incroyables que Kathryn souffre d’une déficience auditive suite à une méningite contractée à l’âge de 9 jours. Profondément sourde d’une oreille son audition est limitée à 60% dans l’autre. En grandissant, Kathryn a appris à surmonter les difficultés et à s’adapter à toutes les circonstances auxquelles elle pouvait avoir à faire face. Au cours des compétitions il lui était parfois difficile d’entendre l’annonce des résultats ou encore des temps forts. Son père brandissait des serviettes et elle s’enquérait de ses résultats auprès des autres compétiteurs. Tout cela révèle la force intérieure et la volonté de cette talentueuse jeune femme. D’autres trouverait cette situation frustrante, mais l’approche de Kathryn est tout autre : « J’y vais et je surfe comme je le fais normalement en espérant que tout ira pour le mieux. »

J’ai l’impression que le meilleur pour Kathryn est encore à venir.

Elle s’entraine avec ardeur, elle a la santé et la fougue et elle est prête pour le surf et le succès, ses objectifs sont simples… gagner. Sur sa liste : remporter un titre mondial ou encore se classer parmi les 10 meilleures. Comme pour tous les athlètes, cela s’atteint une étape après l’autre, une session d’entrainement à la fois, jour après jour. Ses choix de planches : single fin logs et 2+1 setup. Classic Malibu, son sponsor à long terme, lui fournit les longboards raffinés qu’elle surfe.

Kathryn est aussi une artiste talentueuse. Elle réalise de véritables œuvres d’art qui font appel à des formes géométriques complexes dans le style des mandalas. Ses planches sont décorées de dessins et sa maison de tableaux. L’intérieur de son van est lui aussi orné d’œuvres d’art qui retracent son parcours de vie. Elle a toujours dessiné, toujours tenu un journal intime, fait des croquis, capturé la vie et les pensées en images.

J’ai le sentiment qu’il y a encore bien des pièces à rajouter à cette tapisserie d’art intime.

La fluidité est un mot qui revient souvent quand on fait référence au surf et à l’art de Kathryn. C’est un mot qui lui convient. Son art s’écoule, jaillit d’elle tout comme son surf. Il lui a fallu 6 heures pour décorer la totalité de sa dernière planche du motif de la Fleur de vie.

Le surf et l’art lui permettent d’exprimer sa créativité : « plus tu dessines plus tu as de la fluidité ». Ces œuvres d’art sont le fruit d’une inspiration puisée dans l’esprit créatif de Kathryn et qui coule librement sur le papier ou la résine. De même, son surf est le fruit de son esprit créatif et la vague une toile liquide en attente d’art. Une audition déficiente ou limitée ne saurait l’entraver au contraire c’est une force dont elle tire le meilleur et qui l’aide à se hisser au plus haut niveau.

https://www.instagram.com/kat_hughes/

https://www.instagram.com/andynarrowpath/