Aelan Vaast, Tahiti ou la vie sauvage

Rencontre avec Aelan Vaast, jeune surfeuse de 12 ans qui vit à Tahiti. 

Photographies de Ben Thouard

Iaorana Aelan ! A quel âge as-tu commencé le surf ?

Bonjour, je m’appelle Aelan Vaast, je suis une surfeuse de Tahiti. J’ai commencé le surf à l’âge de 5 ans sur les beachbreaks avec mes frères et mes parents.

As-tu toujours vécu à Tahiti ? Peux-tu nous parler du surf là-bas ?

Je suis née à Tahiti et c’est vraiment le paradis du surf. Ici il y a des vagues pour tous les niveaux, de débutant à professionnel, des vagues de plage et les vagues de récif. Nous habitons sur la côte sud de Tahiti, près de Teahupoo et j’ai l’habitude de surfer les vagues dans les passes. Les vagues peuvent être parfaites.

Tu préfères la compétition ou le free surf ?

Je fais de la compétition, et j’aime ça car je peux me mesurer aux autres filles et voir si je progresse. Les compétitions permettent aussi de retrouver toutes les copines. Cette année je suis vice-championne de Polynésie en minime et championne dans la catégorie cadette. J’essaye aussi de faire des compétitions à l’extérieur, je suis déjà allée en Californie et en France.

Shortboard ou longboard ?

Je fais du shortboard parce que c’est plus adapté aux vagues de récif et je peux faire des manœuvres avec de la gerbe. Mes planches sont shapées en Californie par Infinity Surfboard qui m’aide depuis très longtemps. Comme ma maman fait du longboard, je lui prends sa planche de temps en temps pour m’amuser avec mes frères.

Quel est ton spot préféré à Tahiti ?

A Tahiti, mon spot préféré s’appelle Te ava iti, en tahitien ça veut dire « la petite passe ». C’est une vague de récif qui se trouve juste en face de la maison. C’est une droite qui a plusieurs sections, elle peut être creuse, molle ou rapide selon les jours. Je me sens vraiment en confiance là-bas et il n’y a pas beaucoup de monde.

As-tu eu l’occasion de voyager et de surfer ailleurs ?

J’ai déjà surfé en Californie et en France pour faire des compétitions. Je suis aussi allée en Nouvelle Calédonie et à Huahine pour le free surf. Mais mon meilleur voyage c’était à Tikehau, un atoll des Tuamotu. Nous avons surfé avec deux copines une longue droite parfaite qui s’enroulait autour d’un motu (îlot). C’était magique et j’ai trop hâte d’y retourner.

Quelle est la vague que tu rêves de surfer ?

C’est Teahupoo, j’essaye d’y aller régulièrement quand les conditions ne sont pas dangereuses, mais je rêve de faire un vrai tube là-bas.

Quelle est la surfeuse qui t’inspire le plus ?

Il y en a deux. Il y a Maud Le Car que j’ai rencontré à Tahiti, elle est forte et gentille, elle m’envoie toujours des messages d’encouragement. Il y a aussi Felicity Palmateer, une australienne, parce qu’elle est belle, qu’elle surfe de grosses vagues et qu’est est très radicale. J’adore son style !

Tes objectifs pour l’avenir où tes envies ?

Je vais bientôt retourner à Hawaii et j’espère surfer les spots célèbres comme Sunset ou Rocky point. Je vais continuer à faire de la compétition à Tahiti et à l’étranger si je peux voyager. J’aimerais aussi faire un surftrip avec mes deux frères sur une vague de rêve.

Le mot de la fin ?

Je voudrais dire un grand MAURURU (merci) à Billabong Europe qui me fait confiance, à Dan Boehne, de infinitysurfboard pour les planches qu’il me fait, à EQ love qui me protège du soleil et à Raimanaworld qui est toujours là pour moi.

Merci Aelan, nana ! Et bon surf !