Bardenas, une terre d’aventure

La voiture trace sur la piste un sillon de poussière qui s’envole à peine est-on passé, pour former un nuage opaque et terreux. Ici la terre est ocre, craquelée par le soleil de cette toute fin de mois de juin. L’endroit où nous nous rendons est un écrin aride et précieux, un no man’s land où le temps s’est arrêté après avoir patiemment modelé le paysage pendant de longs millénaires et formé d’étranges collines striées, lunaires et désertiques. Le ciel hésite entre nuages épais d’un gris profond, et troués de lumière. Le vent balaye la poussière en tourbillons éphémères. Le paysage s’allonge à perte de vue.

Le point GPS que l’on nous a donné approche. Nous roulons dans les confins des Bardenas pour nous rendre à un festival de musique. Un rapace plane au dessus de nous, profitant des courants chauds.

Nous avons apporté nos provisions de nourriture et notre eau pour deux jours, ici il n’y a rien, si ce n’est de la musique qui nous attend, et une nuit blanche qui ne finira pas.

Nous arrivons au line up. Point GPS WGS 84 42° 12’ 40.59 ‘’ N. Des vans et des voitures ont déjà investit la place. L’endroit semble déjà vibrer et résonner d’un partage à venir. Le week-end a comme un goût d’aventure…

Lee Ann Curren

Texte: Frédérique Seyral

Photographies: Frédérique Seyral, David Charbonnel, Mathieu Bazeilhac